Robert, concepteur en ingénierie mécanique ancienne

Robert est une personne qui s'intéresse au patrimoine industriel ancien. Issu d'une école d'Ingénieur, il possède des notions de dessin industriel, de mécanique, de résistance des matériaux, d'écoulement des fluides et de thermodynamique.

Ayant découvert notre association, ex SEHDACS, il fut de suite intéressé par l'histoire et les techniques anciennes d'exploitation des carrières de la pierre à bâtir:

- l'extraction,

- les moyens de levages,

- le transport des pierres et des blocs.

 

Il rejoint le chantier de restauration du Treuil de la carrière AUBOIN peu avant la création du PICAR et s'intéresse de très près à la réhabilitation de ce patrimoine industriel.

 

Il s'empare alors fort heureusement et naturellement du métier de concepteur en ingénierie mécanique ancienne, rôle déterminant pour la renaissance du Treuil.

 

En marge des travaux de maçonnerie entrepris par l'association et auxquels il participe activement, il va réaliser, entre 1983 et 1990: 

- le métré des maçonneries, des charpentes et des pièces mécaniques existantes,

- une couverture photographique de tous les éléments constitutifs de l'installation,

- un inventaire précis des pièces mécaniques retrouvées dans les remblais qui obstruaient le puits d'extraction,

- tous les plans généraux et plans de détail nécessaires à la conception d'ensemble et à la fabrication de pièces manquantes.

 

En complément il réalisera:

- l'étude iconographique des treuils de carrière de la Région Ile-de-France:

- la recherche de documents et photographies, cartes postales anciennes,

- des enquêtes de voisinage

- un recueil de témoignages sur les carrières, la vie des carriers, les anecdotes locales, facilités par l'exposition sur les carrières de Chatillon organisée en 1985 par le PICAR

- La prise de contact avec les associations historiques locales, les Amis du Vieux Chatillon, Les amis de Clamart

- la recherche d'ouvrages techniques anciens sur :

  * les engins de levage et les méthodes de calcul employées alors pour les différents éléments constitutifs,

    * le travail animal, la force et la durée de travail d'un cheval,

    * les catalogues de fabricants d'engrenages, de câbles, ...

 

A partir de ces informations seront déterminés:

- la masse que peut soulever le treuil en fonction du diamètre du câble, la grandeur des dents et des engrenages, la valeur de la démultiplication, le diamètre du manège, le rendement de l'installation.

- l'assemblage du tambour en bois autour de l'axe en fer

- les plans des pièces mécaniques manquantes, barres de transmission, engrenage à renvoi d'angle, manchon de couplage en utilisant les méthodes de calcul et la résistance des matériaux des pièces existantes.

- le frein à bande permettant de freiner les blocs de pierre lors de la manœuvre de désaccouplage du cheval

- les dimensions du levier et des barres de commande.


 

Infatigable, Robert poursuit actuellement une étude de conception pour la future toiture de protection du treuil :

- la recherche iconographique à partir de photos et cartes postales anciennes,

- l'étude de l'évolution et la dégradation des toitures avec les intempéries,

- le calcul des efforts sur la charpente, effet de la neige et du vent,

- la détermination de la qualité des bois à employer et du traitement des pièces de charpente,

- la détermination des dimensions de la charpente et des planches de toiture de manière à ressembler le plus possible aux toitures des treuils qui existaient entre 1880 et 1910.

 

Enfin Robert ne pouvait garder pour lui toutes ses connaissances acquises

sur cette installation industrielle unique.

C'est donc lui qui est devenu de fait notre principal orateur et conférencier lors des visites du site.

 

Quelques éléments issus de l'étude de restauration du Treuil et de son manège à cheval:

- Force d'un cheval au manège : 80 kgf (80dN) pendant 4 heures à 3 km/h

- Diamètre du manège: 6 m

- Diamètre du tambour : 0,60 m

- Rapport de démultiplication :13

- Rapport total des distances: 130

- Rendement moyen : 0.8

- Masse soulevée : 8 tonnes

- Distance parcourue pour soulever la pierre de 35 m : 4.5 km

- Durée : 1h30

 

Description du câble

- 4 torons de 20mm d'une âme en chanvre pour la flexibilité .

- Chaque toron contient 64 brins de 2 mm

- Charge à la rupture catalogue: 80 tonnes

- Coefficient de sécurité : 10

- Charge utile : 8 tonnes

 

Engrenage à renvoi d'angle de rapport 1/2

- Roue conique moulé, 36 dents usinées, diamètre primitif  720mm

- Pignon conique, 18 dents, diamètre primitif 360 mm

PICAR 3 assemblage tambour.jpg

Institut de Sauvegarde et de Réhabilitation du Patrimoine Industriel des Carrières (PICAR)

Le PICAR au travers de ses différentes activités a pour objectif de promouvoir et de développer la recherche historique, la protection et la valorisation du patrimoine des carrières.

Le témoignage de Robert :